post

VOTRE FEUILLETON SUR LE BLOGUEUR, 4ème épisode

5657562 - picture of a medieval noble family no transparency used in the vector file

Jérôme et Wu

Une fois encore Jérôme se retrouvait seul pour passer son dimanche. Une fois encore il se sentait médiocre et misérable. Il fallait qu’il réagisse. Il fallait qu’il surmonte sa timidité. Entre la solitude éternelle et le courage éphémère, le choix semblait simple. Une fois encore il décida d’oublier ses problèmes dans un bon verre de whisky et de reporter la mise en action de ses grandes décisions à demain.

Il était vieux garçon et travaillait du lundi au vendredi comme menuisier. Il aimait le bois et il aimait l’authenticité. Il aurait tant aimé se marier et avoir des enfants, mais il n’avait jamais eu le courage d’aborder une femme. Il était maladivement timide et même en essayant de se raisonner, il ne voyait vraiment pas comment il aurait pu s’y prendre pour faire la cour à une femme. Il y avait bien eu Agnès, qui avait travaillé pour son patron. Elle s’occupait de la correspondance et répondait au téléphone. Il l’avait tout de suite remarquée. Elle était jolie. Son nez était particulièrement splendide. Pourtant, elle était discrète. Jamais il n’aurait osé s’approcher d’elle. C’est Agnès qui s’était approchée de lui et qui l’avait invité à sa petite fête d’anniversaire. Il s’était retrouvé chez elle avec cinq ou six autres personnes. Jamais il ne s’était senti si ridicule. Il s’était endimanché, croyant être l’unique invité. Pour l’occasion il avait apporté des fleurs et un cadeau soigneusement choisi dans ses trésors. Il avait choisi avec goût une très belle boîte en sapin qu’il avait mis des heures sur plusieurs semaines à sculpter avec finesse. Le motif central représentait le buste d’une femme de profil et le nez ressemblait à celui d’Agnès, il était parfait. C’était un chef-d’œuvre. Agnès avait souri et en le remerciant elle avait ajouté, je vais la donner à ma mère, elle adore les boîtes. Ce jour-là Jérôme s’était senti ridicule, humilié. Il était vexé. Poliment, il prit congé et à partir de ce jour-là, n’avait plus jamais tenté la moindre approche. Pendant des jours et des jours, il rougissait chaque fois qu’il la croisait, puis enfin, Agnès trouva un job mieux payé et elle quitta l’entreprise. Depuis, il la croisait souvent dans la rue car sa mère habitait non loin de là.

Il ne la regardait pas franchement et ne la saluait jamais. Elle avait essayé quelques fois de lui dire bonjour en lui souriant. Mais, face à tant d’obstination, elle avait fini par renoncer et faisait maintenant comme lui… Elle baissait les yeux et ignorait sa présence.

Jérôme semblait bourru et incapable de tendresse. Pourtant, il rêvait d’amour. Il espérait qu’un miracle aurait lieu et qu’un jour, lui aussi, vivrait une relation douce et passionnée avec une femme magnifique. Il y avait une femme qui occupait toutes ses pensées, tous ses fantasmes, tous ses rêves. Une femme qui avait un nez moins joli que celui d’Agnès et qui était aussi moins jolie qu’Agnès. Mais la beauté de cette femme était ailleurs. Elle habitait en face de chez lui et ils se connaissaient depuis plusieurs années. Pourtant, Jérôme n’avait pas tout de suite pris conscience que cette femme était la femme de sa vie. C’est par un jour de printemps qu’il avait enfin levé les yeux en lui disant bonjour et qu’il l’avait vue véritablement pour la première fois. Dès que ses yeux croisèrent les siens, il ressentit une vive douleur dans le bas du ventre. Une sensation étrange qu’il n’avait jamais ressentie. Elle avait dû remarquer son trouble car elle avait marqué un temps d’arrêt comme si elle croyait qu’il allait lui parler.

Mais non, il continua sa route sans oser l’aborder. A n’en pas douter Wu était la femme de sa vie, son âme sœur. Il ne pensait qu’à elle, ne rêvait que d’elle sans oser faire le moindre pas. Il était si timide qu’il n’osait même pas la regarder. Elle habitait à deux minutes et il n’avait encore pas trouvé le courage de traverser cette maudite route et de frapper à sa porte pour lui avouer ses sentiments !

Cette femme était pour lui. Elle se tenait la tête haute. Elle avait du chien. Comme un ado incompétent, il était amoureux de sa voisine. Comme un voyeur dégoûtant, il la regardait à son insu. Il pouvait le faire sans peine lorsqu’il s’installait dans son fauteuil près de la fenêtre. Wu vivait la plupart du temps avec ses rideaux ouverts. Même la nuit, lorsque la lumière permettait les regards indiscrets, elle gardait ses rideaux ouverts. Il pouvait alors l’observer dans ses activités les plus insolites. Wu, aimait faire la cuisine, elle écrivait, elle tricotait, elle écoutait de la musique. Il lui arrivait même de danser. Elle semblait en paix avec elle-même. Parfois il arrivait que son visage reflète la tristesse. Ses yeux semblaient se remplir de larmes. Alors, elle s’asseyait dans son canapé et regardait en direction de la maison voisine. D’autres fois, elle sortait dans le jardin et se postait près de la haie comme pour espionner le petit monstre qui lui servait de voisin. Jérôme était certain qu’il avait vu dans son regard, de la tendresse… Peut-être même de l’amour pour cet homme qui n’avait rien pour plaire. Pourquoi s’intéresse-t-elle tant à lui ? se demandait-il régulièrement.

Il avait déjà bu deux whiskies lorsqu’il s’approcha de son fauteuil et s’en servit un troisième avant de s’installer confortablement. Wu n’avait plus 20 ans, mais elle était splendide. Elle ne devait pas avoir d’enfants. Personne ne venait jamais lui rendre visite. Jérôme pouvait, en fermant ses yeux, imaginer le grain de peau de Wu. Il avait tellement envie de la serrer dans ses bras, de sentir son odeur, de découvrir les moindres détails de son corps. Mais lorsque le désir était trop fort, il le refusait. Il n’était pas question de souiller ce Grand Amour. Il ne jouirait avec Elle qu’en sa présence.

Soudain Wu apparut. Dieu qu’elle était belle. En la regardant, il se jura d’aller lui parler très vite. Il n’allait quand même pas rater la femme de sa vie uniquement parce qu’il était un timide pathologique. Il fallait qu’il trouve la force de sonner à sa porte pour lui parler et pour l’inviter au restaurant. En fermant les yeux il visualisait mieux ce moment exceptionnel. Wu accepterait et ils iraient, main dans la main jusqu’au Château de la Rive où il aurait réservé la meilleure table. Wu lui sourirait et tout serait pour le mieux. Il le ferait bientôt et bientôt sa vie prendrait un tout autre chemin. Il le ferait bientôt car il voulait heureux. Il voulait lui offrir tous les objets qu’il avait fabriqués. Coffres, coffrets, étagères, cheval à bascule, jouets nombreux – pour les enfants qu’ils auraient peut-être un jour – et pour immortaliser leur amour, il fabriquerait de ses propres mains leur lit nuptial. Il se voyait déjà sculptant le profil de leurs deux visages surmontant le haut du lit ! Brusquement interrompu dans ses pensées par la sonnerie de la porte, la dure réalité s’imposa. Il rêvait, mais il ne construisait pas. Qui cela pouvait-il bien être ? Il n’attendait personne. Il se leva, mais grâce aux whiskies, ses jambes ne le soutenaient qu’avec intermittence. Il se sentait tout mou et sa tête tournait un peu. Il finit par y arriver et … C’était elle. Wu se tenait debout devant lui. Elle souriait.

Excusez-moi de vous déranger dit-elle d’une voix douce et agréable.

Non, non. Vous ne me dérangez pas.

Et bien, je… Je ne sais pas comment vous dire ça. Je vis seule. Je suis votre voisine d’en face

Je sais. Je vous ai déjà remarquée.

Elle rougit légèrement.

Voilà, je m’ennuie tellement que j’ai pensé que vous accepteriez peut-être une invitation à dîner ? Je suis bonne cuisinière mais c’est si déprimant de préparer un repas pour une seule personne. Qu’en pensez-vous ? Dites oui !

Il n’en croyait pas ses oreilles. Il était flatté. Il était heureux. Il était gêné. Il devait sentir l’alcool et avoir une tête de déterré. Il commença à bredouiller, de plus en plus fort, comme un ronflement, un ronflement si puissant, si sonore, si invraisemblable, un ronflement presque indécent qu’il finit par le réveiller !

Jérôme était assis sur son fauteuil son troisième verre vide dans sa main. Il avait rêvé. Il jeta son verre qui se brisa en une multitude d’éclats. En ramassant les débris, Jérôme se dit à lui-même que c’était son dernier dimanche de timide. Dimanche prochain, Wu ferait partie de sa vie…

http://www.mine-de-rien.ch

 

post

” TRAVAIL SUR SON ANCRAGE ET SON INCARNATION ” 

Pensez-y, c’est le 1er octobre:
RETROUVER DE LA SECURITE INTERIEURE EN TRAVAILLANT SON ANCRAGE ET SON INCARNATION

Ancrage et Incarnation - Yoga-Danse-Massage-Réflexologie, www.sandrawicky.chVous vivez des problématiques d’insécurité intérieure, financière, de lieu de vie et/ou relationnelle?

Ou vous avez:
 l’impression de porter le fardeau de vos ancêtres et de ne pas être soutenu dans la vie?
– des problèmes physiques dans les jambes ou coccyx?
-des problèmes de fatigue chronique, instabilité psychique, fragilité du système nerveux et de santé?
-la sensation de ne pas avoir les pieds sur terre, de manquer d’ancrage?
-l’impression d’avoir de la peine à vous adapter à cette vie dans la matière, de refuser votre incarnation?

Alors il est bien possible que vous ayez de la peine à vous ancrer et à bien vivre votre incarnation pour différentes raisons que nous allons explorer ensemble au cours de cette journée.
Vous devriez repartir avec des éclairages, des compréhensions et surtout des pistes et des exercices qui vous aident vers une transformation dans votre quotidien.

Au programme:
* Travail en constellation sur  votre gestation et votre naissance : ce qui s’est joué là teinté votre atmosphère intérieure, votre vision du monde et votre interaction avec celui-ci.
* Travail physique et énergétique au travers du yoga, méditation, mouvements et techniques psycho-corporelles
* Travail mental au travers d’un questionnaire et du décodage biologique pour amener de la conscience sur vos difficultés
* Prise au GDV et correction en bioénergie de vos manques et charges que vous traînez avec vous (par Laurent Gachoud)
* Soin au travers des sens pour aider au niveau psychique et émotionnel
* Actes symboliques à faire pour ancrer le changement dans la matière

– Date: SAMEDI 1 OCTOBRE 2016
– Horaire: 9h30 à 17h30
– Lieu: Manoir de la Vignette, 9 Rte de la Croix-Blanche, 1407 Donneloye
– Prix: CHF 150.-
– Nb personnes: max. 8-10 personnes

Conditions d’inscription :
Info: stage yoga et développement personnel
Inscription:  www.sandrawicky.ch  ou 078.624.33.17

post

C’est la rentrée !

Débordée par courrierVous avez du courrier en retard ?
Vous reportez sans cesse à demain ? Que votre courrier soit postal ou électronique, Mine de Rien trouvera les mots qui vous manquent.

Vous devez répondre à la gérance, écrire à votre employeur, contacter votre assureur, demander un délai de paiement, écrire à votre «Amoureux (se)», à vos parents, à vos amis…

Quel que soit votre courrier en attente,

Boulettes papier 150x15

Mine de Rien  peut vous soulager.

 C’est l’occasion de l’écrire enfin cette lettre qui vous prend la tête!

Un souci de moins et le sourire revient !

N’hésitez plus, contactez-nous !  http://mine-de-rien.ch/nous-contacter/

post

VOTRE FEUILLETON SUR LE BLOGUEUR 3ème épisode

BLAISE ET BENOÎT

Blaise était installé dans ce quartier depuis un mois déjà. Il s’y sentait bien. Anonyme, inconnu, il se sentait libre. Son appartement avait la taille et les qualités qu’il souhaitait lui trouver, lorsqu’il s’était mis à en chercher un avec volonté.

A 32 ans, il avait enfin eu le courage de quitter sa mère. Elle lui en voulait terriblement et cela l’ennuyait. Il n’aimait pas se fâcher avec sa mère. Un bon fils se doit de respecter les décisions de sa maman. Et Blaise avait respecté sa mère sa vie durant. Il n’avait jamais pu se lier avec personne, tant sa mère était exigeante avec lui. C’est elle qui décidait de tout, mais maintenant il l’avait enfin obligée à accepter la séparation. Il lui apportait tous les dimanches un bouquet de fleurs, espérant ainsi obtenir son pardon. Chaque semaine, des fleurs différentes. Pivoines, roses, tulipes… Sa mère aimait tant les fleurs.

Il profitait de sa toute nouvelle liberté pour jouir de tous ses instants d’intimité. Enfin il n’avait plus à subir les volontés, les humeurs et les habitudes de sa mère. Enfin, il pouvait s’installer devant son ordinateur sans prendre la peine de s’enfermer à double tour. Sa mère serait probablement morte de chagrin si elle avait eu la moindre idée de ce que son fils faisait lorsqu’il se branchait sur le net.

Blaise aimait son ordinateur. Assis derrière son écran, sa souris à la main, il se sentait merveilleusement bien. Il avait le pouvoir. Un simple clic lui permettait d’accéder à tous ses fantasmes et à en profiter en toute liberté.

Il était organisé. Ses journées étaient répétitives et planifiées, heures après heures. Le matin il faisait une heure de gymnastique, puis il consacrait une heure à son petit-déjeuner. Avant de quitter la cuisine il rangeait tout et faisait sa vaisselle. Ensuite il s’installait pour 4 heures devant son ordinateur. Il faisait des recherches sur tout ce qui l’intéressait. Il apprenait tant de chose. Blaise était curieux et il avait une mémoire excellente. Tout ce qu’il lisait restait gravé dans sa mémoire avec précision. A 14 h. il éteignait sa machine et il sortait par n’importe quel temps. Il marchait jusqu’à l’Eglise catholique qui se trouvait à moins d’un kilomètre. Il entrait dans l’église et y restait 15 minutes. Ensuite il passait chez l’épicier et faisait ses courses. Toujours les mêmes produits. Toujours la même épicerie. Il connaissait le prix des produits et il préparait à l’avance sa petite monnaie, au centime près. A 15h il était de retour à la maison, prêt à retrouver son ordinateur. La deuxième partie de la journée s’étendait jusqu’à 20h, heure à laquelle il prenait le temps de manger quelque chose. Il utilisait des repas congelés qu’il glissait dans son four micro-ondes. Puisqu’il fallait manger, c’était plus propre et plus rapide. Il avait découvert une dizaine de menus en barquettes qui constituaient l’essentiel de sa nourriture. Le dimanche soir, il s’offrait un resto Italien, juste après être passé saluer sa mère et lui donner ses fleurs.

Si la journée Blaise surfait sur le net à la recherche d’informations diverses, le soir après son repas, il s’installait nu comme un ver devant son écran et il se masturbait en regardant des jeunes hommes anonymes et inconnus qui éveillaient son désir de sexe. Parfois, il jouissait aussi en regardant des femmes pour autant qu’elles soient en train de faire l’amour avec un homme, deux ou même plus. Mais le plus surprenant c’était la caméra qui filmait son sexe durant tout le temps qu’il accordait à ses parties de plaisir. Il filmait son sexe qui grossissait, il le filmait lorsqu’il était tendu et dur et il le filmait lorsque le plaisir ultime le faisait éjaculer. Chaque soir, avant de se coucher il gravait sur DVD ce qu’il avait filmé. Du lundi au samedi il jouissait sous le regard indifférent de sa caméra. Le dimanche matin, après avoir déjeuné, il préparait ses six DVD en les titrant par date puis il les glissait dans une enveloppe adressée au Vicaire Benoît Pierrhutte. Ensuite, il s’installait, la main sur son sexe et visionnait les 6 disques que le même Vicaire Benoît Pierrehut lui avait adressés. Il y avait maintenant 8 mois que Blaise et Benoît s’échangeaient leurs jouissances. C’est en partie à cause de Benoìt que Blaise avait dû imposer sa volonté et quitter sa mère pour s’installer seul. Pour lui, c’était devenu irrespirable. Il fallait s’enfermer, surveiller que sa mère n’ouvre pas son courrier, inventer une bonne raison à cet échange de DVD. Bref, Blaise n’en pouvait plus et pour jouir en toute tranquillité il avait sacrifié sa mère. Blaise n’avait jamais vu Benoît. Il ne connaissait de lui que son sexe, l’intérieur de ses cuisses et le son de sa voix. Cela lui offrait une jouissance totale. Tout le reste, il pouvait l’imaginer comme il le souhaitait.

Chaque dimanche se déroulait de la même manière. Il sortait vers 16h30. Sur le chemin qui le conduisait à l’église, il y avait une boîte aux lettres. Il y déposait son enveloppe discrètement. Il avait remarqué que l’habitant du coin de la rue était difforme. Un homme étrange qui pourrait presque lui faire peur. Ensuite, il allait passer son petit quart d’heure dans la maison de Dieu avant de se rendre chez sa mère, chez qui il restait une demi-heure, montre en main.

Ce dimanche-là il aperçut sur les bancs de l’église l’homme qu’il rencontrait chaque dimanche mais avec lequel il n’avait jamais échangé le moindre mot. Pour une raison qu’il ignorait, cet homme éveillait sa curiosité. Il avait l’impression qu’il ne lui était pas étranger. Il sortit de l’église sur les pas de l’homme qui, en se retournant, lui sourit et continua son chemin. Une dame d’un certain âge le regardait s’éloigner en le dévisageant. Il s’approcha d’elle et lui dit :

  • – Excusez-moi Madame, vous semblez connaître ce monsieur ? Celui qui vient de sortir,  là juste devant moi.
  • – Oui, c’est vrai. Il m’a ignorée mais je le connais. C’est un flic.
  • – Un flic ?
  • – Oui, un flic. Un vrai. C’est un flic sans uniforme. Un de ceux qui s’occupe de traquer les criminels.

Blaise pâlit. Se pourrait-il que ce flic s’intéresse à lui ? Benoît serait-il impliqué ? Vite. Il fallait qu’il aille voir sa mère. Chez elle il pourrait réfléchir et il trouverait une solution.

http://mine-de-rien.ch/pause-lecture-cest-moment/

post

Célibataires – L’erreur des Sites de rencontres

Célibataires – L’erreur des Sites de rencontres

Vous aussi vous êtes devenu(e) célibataire ?!

Coaching hypnose pnlEt vous aussi vous vous êtes dit : « Maintenant, si je veux trouver LA bonne personne, il faut que je fasse un maximum de rencontres ». Vous avez participé aux anniversaires, aux BBQ ,  aux soirées entre amis, repris contact avec de vieilles connaissances, et peut-être même que vous vous êtes invité à un mariage auquel vous n’étiez pas convié(e)… Si vous êtes une femme, vous subissez probablement nombre de gros dragueurs bien lourd et si vous êtes un homme, vous accumulez très certainement les « râteaux » ou peut-être la colère de ne même pas avoir essayé.

Le temps fait son affaire et à force d’échecs, de déceptions, de mauvaises expériences, l’ombre guette. L’ombre c’est le désespoir, la culpabilité, l’incompréhension, la dévalorisation. C’est comme le ver dans la pomme, il s’insinue en vous, vous ronge de l’intérieur. Il vous fait perdre confiance en vous, vous en venez à détester le sexe opposé, vous vous isoler,  et la solitude s’installe. Le cercle vicieux se développe, tentatives ratées, dévalorisation, incompréhension et on recommence…

Alors, vous vous raccrocher encore à cette solution : «faire un maximum de rencontres ». 

Donc, si ce n’est pas déjà fait, vous vous inscrivez sur TINDER, MEETIC et compagnie. Je pense qu’il est inutile de parler du résultat. Oh oui ! Bien sûr, il y a des couples qui se forment, des gens qui se trouvent, pour un moment d’intimité, un peu d’affection ou juste de sexe, peut-être même pour une vraie relation. Mais quel est ce pourcentage à côté des malheureux pour qui « ça ne marche pas » ?

La première erreur

La première erreur des sites de rencontres et justement de vouloir permettre de faire un maximum de rencontres. Ils vous disent « quoi faire » mais ne vous disent pas « comment le faire ». Faire des rencontres veut dire « entrer en relation » et « communiquer » et malheureusement, une grande partie de cette communication est inconsciente.

Votre manière d’entrer en relation et de communiquer ainsi que l’énergie, le message que vous passez et ce que vous dégager, découle directement de votre état intérieur en termes de sentiment, d’émotion et de ressenti. Cela veut dire que si vous êtes « en colère », même si vous êtes sûr que cela ne se voit pas, ce que vous dégager, votre attitude, vos comportements  le laisse transparaître. Du moins votre corps passe un message inconscient à votre interlocuteur, qui n’est pas positif ou en accord avec ce que vous montrez consciemment. Et cela fonctionne tout le temps de cette façon.

Donc, tant que vous vous sentirez « timide », « réservé(e), « pressé(e) », déprimé(e), fâché(e), dégoûté(e) et bien votre langage non verbal et une multitude d’autres éléments encore vont influencer négativement vos relations. Au contraire, si vous êtes bien, calme, disponible, heureux(se), votre corps le montre et les autres ont du plaisir à partager du temps avec vous. En somme, vous rayonnez…

Vous ne me croyez pas ? Il vous suffit d’observer les autres. Vers qui avez-vous envie d’aller ? Qu’est-ce qu’ils dégagent ? Qu’est-ce qui vous attire ?

La deuxième Erreur

De plus en plus de sites vous proposent d’établir votre profil de personnalité avec ce que vous aimez, vos activités, votre type d’homme et de femme, etc. C’est bien, mais encore une fois c’est une perte de temps.

Etes-vous déjà tombé(e) amoureux-se ? Lorsque c’est le cas, en général on se retrouve souvent à aimer quelqu’un qui ne correspond pas vraiment à nos critères de recherche initiaux. Et pourtant, cette personne vous convient parfaitement. Et bien sûr vous vous découvrez plus de points communs que vous ne le pensiez. Vous adorez les brunes ? Et pourtant c’est avec cette jolie blonde qu’il y a un feeling…

Cela se joue à un autre niveau.

Vous savez ce qu’on dit : « Qui se ressemble s’assemble ! ». Et bien c’est très vrai. Et encore une fois c’est directement lié à votre ressenti intérieur, à votre énergie personnelle.

Si vous êtes quelqu’un de joyeux vous allez attirer des gens joyeux, si vous aimez l’humour vous vous entourez de personnes qui aiment le même humour. Si vous êtes dans une période un peu moins joyeuse que vous vivez de la tristesse passagère et bien les personnes qui seront dans les mêmes types de sentiments seront attirées inconsciemment par vous. Certes, vous pouvez rencontrer une super personne, sûre d’elle, bien dans sa peau ! Mais, elle, sera-t-elle attirée par vous si vous n’êtes pas vous-même sûr de vous et bien dans votre peau ?

En conclusion, si vous n’êtes déjà pas au top, enchaîner les rencontres de ce type risque de vous maintenir ou de renforcer des sentiments désagréables et limitants.

Faire des rencontres OUI ! Mais pas dans n’importes quelles conditions.

Le-blogueur.com - Le blog du savoir relatif et absoluJe vous rassure, oser et faire de belles rencontres est parfaitement possible et à la portée de TOUS !

Tous simplement parce que ce n’est pas une question de personnalité, d’identité ou de préférences. C’est une question de positionnement, d’affirmation, d’affinités et de qualité de communication.

Nous vivons dans un mode informatisé qui nous amène chaque jour un peu plus à nous isoler, cachés derrière notre téléphone ou notre écran d’ordinateur. Une façon de vivre où souvent,  un simple « bonjour » à un(e) inconnu(e) devient un mur infranchissable parce que plein d’aprioris . Nous avons besoin de reprendre confiance en nous et réapprendre à entrer en relation avec naturel et spontanéité. Oser parler à quelqu’un qui nous plait, sourire. Apprendre à entrer en relation, à créer des liens, à développer des amitiés à partir de zéro. Ne plus avoir peur de l’autre, de ses réactions, mais au contraire, apprendre à les apprivoiser, les comprendre. Et puis aussi, renouer avec la séduction, le romantisme, le jeu qui fait naître l’amour.

Comment faire ?

Tout ce que vous faites, vous l’avez appris. Bébé, vous avez appris à vous faire comprendre, puis à parler, à manger, à marcher. Plus tard, vous avez appris à vous comporter d’une façon ou d’une autre dans la société. Vous avez appris à faire du sport, etc. Tout s’apprend et se réapprend. Enfant, pour la plupart d’entre nous, aller jouer avec d’autres enfants était une chose facile, sans barrière. NOUS savions le faire. Je vous le certifie, tout n’est qu’apprentissage.

Ne pensez-vous pas que, pour vous aussi, il est temps d’apprendre à faire différemment ?

Tout simplement pour mieux vivre, rendre vos relations plus harmonieuses et agréables. Faire de nouvelles rencontres en partant sur de bonnes bases, avec simplicité et facilité. Choisir les personnes qui vous entourent et privilégier le partage, le plaisir et les moments de bonheur ?

Oui, cela aussi vous pouvez l’apprendre !

Alors la question n’est pas COMMENT mais OÙ !

Et bien, l’Ecole de PNL de Lausanne, spécialisée en développement personnel et communication, a mis sur pied un atelier révolutionnaire pour faire de cette période de célibat un tremplin vers de vraies opportunités et une nouvelle vie. Un atelier où la personne la plus importante c’est VOUS, où on vous aidera à vous faire prendre conscience de VOTRE potentiel, à en faire sortir le meilleur, à vous apprendre à le mettre en avant, à l’utiliser au mieux pour qu’enfin le ballet incessant des rencontres ratées prenne fin et laisse place à la qualité, aux vraies relations enrichissantes et pourquoi pas enfin à LA rencontre…

Découvrir l’atelier ici >

post

Sortir d’un burn-out à l’aide du massage intuitif et du Reiki

Massage intuitif et Reiki pour sortir du burn-out

 

massage intuitif, Reiki, burn-out

Ouvrir une fenêtre sur un nouvel éclairage…

De nos jours, les burn-out attaquent violemment. Tout habillés de nouvelles exigences, de pressions, de demandes faites par des cadres supérieurs qui ignorent la réalité de terrain, ils guettent, prêts à mordre le travailleur qui serre les dents, monte les épaules et courbe l’échine. Le massage intuitif et le Reiki peuvent accompagner efficacement la guérison.

Pour plus de rendement ou plus de sécurité, on néglige la personnalité créative de l’humain en lui imposant un rythme, des normes, un travail administratif envahissant.  Il perd petit à petit ses motivations premières pour suivre un mouvement qu’il n’a pas choisi. Il s’essouffle, ne trouve plus de sens à cette vie qui l’emmène chaque matin vers un lieu de travail devenu anxiogène. Un jour, le corps réagit…Crise d’angoisse, panique, insomnie, perte d’appétit, migraines….

Le massage intuitif permet d’accompagner chaque cheminement dans cette épreuve de vie, par une écoute attentive du corps. Dans ces moments-là, le corps est plus à même que le mental  d’exprimer la souffrance de l’être et il nous indique par ses tensions, les espaces où l’on s’est senti malmené. A-travers des gestes, des sons, des mouvements subtils, le Reiki, un échange verbal, on peut amener la personne à retrouver sa Nature profonde et lui redonner la place que la spirale de la dépression avait petit à petit envahie.

Durant une séance de massage intuitif, la personne peut se laisser être dans un espace sécurisant et aller à la rencontre de son ressenti profond. Elle pourra saisir les mécanismes déstructurants qui l’ont piégées, apprendre à reconnaître les parcelles d’elle-même dont ils sont l’écho (similitude entre la place  prise au travail et dans la famille, rapport aux hommes/aux femmes, émotions mises en jeux, moyens pour s’exprimer, etc.) et modifier en douceur ces schémas gênants.  Cette écoute particulière permet de poursuivre son chemin avec une meilleure conscience de soi et aborder la vie avec un regard neuf.

Informations sur le Reiki et le massage intuitif sur www.valentineoberson.ch

 

post

Éducateurs ? ( spécialisés, sociaux, petite enfance) – Un Webinaire pour vous ! (conférence en ligne gratuite)

La PNL,

Des outils complémentaires pour le travail des éducateurs spécialisés

Le 16 novembre 2016 à 20h00, l’Ecole de PNL de Lausanne donnera une conférence en ligne gratuite (webinaire) pour les éducateurs spécialisés.

Le-blogueur-educateurs-sociaux-specialisés-300pxVous  êtes éducateur(trice) et vous trouvez que des outils concrets vous manquent pour les différents entretiens qui incombent à votre profession.
Vous ressentez de la frustration face aux limites du système et des interventions réellement possibles.
Vous vous êtes fait(e) prendre par la routine et les automatismes.

Vous désirez gagner en qualité d’écoute, en flexibilité d’intervention et savoir conseiller avec bienveillance et pertinence.
Vous aimeriez prendre du recul, savoir utiliser d’autres stratégies et travailler avec sérénité.
Vous voulez réintégrer de la réflexion dans votre pratique pour lui redonner un sens.

Ce webinaire  vous expliquera comment gagner en flexibilité d’intervention, développer des relations de confiance avec vos partenaires, gagner en empathie, savoir prendre en compte le monde de l’autre, vous apaiser et revenir à l’essentiel : votre mission.

Inscription gratuite en cliquant sur le lien suivant : Webinaire de l’école de PNL de Lausanne

Liste des autres webinaires disponible sur le lien suivant : Ecole de PNL de Lausanne