JUSTIN DEMIERRE ET BENOÎT PIERRHUTTE

38789205 - man praying in church

Le Vicaire et le flic

Le Vicaire Benoît Pierrhutte était un homme grand et maigre. Il se tenait droit et son regard était glacial. Il préparait, assis à son bureau, le sermon qu’il dirait dimanche, à la demande du Curé qui se rendait à un séminaire et qui serait absent trois semaines durant. Benoît aimait les absences du curé. Officier à la Grand Messe du dimanche était pour lui un moment jouissif. Il éprouvait un sentiment de pouvoir absolu lorsqu’il montait sur la chair et qu’il prenait la parole.

Dimanche il s’adresserait à ses ouailles avec force, pour leur rappeler l’importance de la prière et le pouvoir de la confession. Il inciterait ainsi, les plus réticents d’entre eux à se confesser et à venir déposer leur fardeau en confession privée.

Ah confesse ! Quelle merveilleuse invention pour distraire le clergé ! Toutes les petites manies, les attitudes, les mensonges, les mesquineries qui étaient racontées sous le sceau du secret et qui, recevait le pardon du curé et, par voie de conséquence, de Dieu lui-même. Il avait longtemps hésité dans sa jeunesse. Flic ou curé ? Deux professions offrant un pouvoir intéressant. Finalement, il avait choisi d’entrer dans les ordres et il n’avait jamais regretté ce choix.

Un homme attendait devant la cure. Le vicaire s’approcha de lui.

  • Je peux faire quelque chose pour vous, Monsieur ?
  • Très beau sermon.
  • Je ne crois pas avoir le plaisir de vous connaître. Je peux faire quelque chose pour vous… Monsieur ?
  • Capitaine Demierre.
  • Capitaine ?
  • Oui, Justin Demierre de la Police Cantonale. J’ai quelques questions à vous poser.
  • A quel sujet ? Mais je vous en prie, entrez. Nous serons mieux à l’intérieur. Je vous sers quelque chose : café, thé, un verre de porto ?
  • Un petit porto avec plaisir. J’enquête discrètement sur la disparition d’une de vos ouailles.
  • Je ne vois pas de qui vous voulez parler. Personne n’a été signalé comme disparu dans ma paroisse.
  • Que pouvez-vous me dire au sujet de Mme Jacquet. Rosemarie Jacquet.
  • Rosemarie Jacquet ? Le vicaire semble chercher au fond de sa mémoire. Visiblement, il n’est pas très à l’aise. Le Capitaine l’observe attentivement tout en poursuivant.
  • Elle habite le quartier, vous la connaissez, n’est-ce pas ?
  • Oui, oui. Mme Jacquet. Bien sûr. Fidèle paroissienne de notre Eglise. Une femme qui ne manquait jamais la messe du dimanche. Soudainement, son fils m’a dit qu’elle était partie rejoindre sa famille en France voisine. Elle est partie précipitamment et depuis je n’ai plus de nouvelles.
  • Et vous, Monsieur le vicaire, vous connaissez son fils ?
  • Oui, un peu. Comme ça. Bien qu’il vienne très régulièrement, nous ne parlons pas beaucoup ensemble. A peine la messe est finie qu’il a déjà disparu. Je n’ai pas souvent eu l’occasion de lui parler.
  • Donc vous ne connaissez pas Blaise Jacquet personnellement.
  • Si. Je le connais personnellement. Mais où voulez-vous en venir ?
  • Nulle part, Monsieur le Vicaire. Nulle part. Je m’interroge. C’est tout.
  • Mais c’est quoi le problème ?
  • Y’a pas de problème Monsieur le vicaire. Merci pour le porto. Je repasserais sûrement vous voir.
  • Au revoir, Capitaine.
  • Au revoir Monsieur le vicaire. A bientôt.

Le vicaire referma la porte de la cure. Il mit la bouteille de porto dans le buffet et en tira la bouteille de cognac. Il s’en servit une grande portion et l’avala cul sec !

ACCUEIL

ACCUEIL

Laisser un commentaire